Langue: en
épingler comme un insecte
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 13 membres


Connectés :

( personne )
ECRITURES - Écritures
01couchSol.jpg
 poésies et extraits parus dans les revues
Supérieur Inconnu (n°4, N°6)
MIDI. (N°26, N° 27,N°31)



Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d'en être l'organisateur.
Jean Cocteau - Les mariés de la tour Eiffel



Qu'est ce qu'écrire-dessiner ?

C'est inventer une scénographie picturale, c'est l'Art de discuter. Une dialectique du corps par l'éclatement et sa recomposition, une dialectique du jeu, du jeu de l'assemblage: Un puzzle.
Des mots, des images, des formes, des couleurs que l'on assemble avec lesquelles on joue et que nous plaçons tel un chef d'orchestre sur la toile, la page. C'est une écriture par et avec le corps, le corps par le corps écriture, les mots soulignent l'anatomie et le corps dispose, suggère.
Se mettre à la peinture comme un écrivain se met à écrire ses mémoires: deviendra t'elle rêve ou autobiographie?
De cet objet virtuel l'objet réel naîtra-t'il?
De son roman policier cherchera t'on qui l'a tué ou qui il a tué. La peinture reste un foudroiement de la pensée, c'est une violence corporelle votre corps devient martyr. Il y a crime, viol. La peur du criminel est pareille a celle de l'artiste, ils sont tous deux terrorisés à l'idée d'être démasqués.

Il y a dialectique et dichotomie du corps, des mots. L'artiste, le peintre, l'écrivain, le poète ne peuvent pas vivre sans cette peur qui les tenaille, ils ne peuvent pas s'exprimer sans ce démon qui ronge les entrailles; c'est parce qu'ils sont mal à leur aise qu'ils veulent par tous les moyens l'extirper de leur corps, de leur âme le mettre face à eux pour n'être plus que spectateur. Juxtaposition de phrases sans lien apparent, assemblage hétéroclite, dire sans se dévoiler, arborer sans se cacher, explorer les sinuosités de la féminité, des tableaux poèmes.
Un liant relie chaque couleur chaque courbe chaque phrase il est l'imaginaire, le sixième sens. Etre une femme spectatrice de la vision qu'ont les hommes des femmes et les hommes deviennent à leur tour spectateurs de leur propre vision à travers le regard des femmes.

Les œuvres offrent une parenthèse à notre vie, elles sont un arrangement temporaire; il ne faut pas imiter la vie mais ne capter que ses vibrations ses sensations, il faut lui donner une autre forme, une ouverture sur un autre monde.
Ce monde imaginaire dans lequel vit la femme, ne pas donner une forme mais des formes et la femme celle qui donne la vie, la femme féconde se réfugie dans les courbes.
L'image et le mot ont toujours fait commerce, leur relation c'est la vie

Première scénographie où les protagonistes se retrouvent le temps d'une conversation; mesure et contre mesure; le moi et le confort. Au salon, venez humer le thé aux saveurs exotiques et la Madeleine de Proust dans une explosion de couleurs vives pour une plus grande affirmation de soi.
Elles semblent bien dressées toutes ces femmes, dressées depuis l'enfance à l'instigation. Mais ce que vous voyez ce ne sont pas des corps sexués, mais les symboles de la sexualité.
Nous nous sommes lentement rognés les ailes, pourquoi avons nous cesser d'éprouver des émotions ensemble? Aujourd'hui je ne t'écoute plus, je pense à autre chose. La vie serait-elle devenue une juxtaposition de monologues?. Je ne t'entends plus, le ferment de la discorde devient amer.
La vie n'est pas une épopée héroïque avec des rôles en vedette et lorsqu'on se contente de rêver le prix à payer est toujours très lourd.

Des baisers qui vous sucent l'âme. Il faut opposer sa fidélité à ses propres lignes de fuites.
Ce mélange de retenue et de don de soi. Ne pas regarder en face mais offrir, s'offrir et puis toutes ces babioles n'ont-elles pas pour but unique de servir l'amour. Tout l'art d'être économe: ne pas dilapider sa personne et rendre sublime ces petites choses simples.


Le tableau et le spectateur, elle et lui car sans jamais s'être vus, ils se sont reconnus. Ils appartiennent à la même race celle des instinctifs des nomades des insoumis.
Arthur Rimbaud - Je est un autre


La vie est une cuisine bourgeoise où l'on donne des baisers comme un enfant donne ses billes. Elles sont indifférentes à tout sauf au prestige.
On rêve en peignant, le corps devient paysage. On peint comme on écrit, pour s'évader du monde, et c'est ainsi que l'on devient peintre, écrivain, sans le vouloir, sans le savoir uniquement parce qu'enfin nous avons laissé vivre notre vie,nous avons laissé notre inconscient vagabonder sur la houle de sable et les dunes d'écumes.

Mettre à nu cette folie itinérante, inhérente. Tenir de la composition, ne pas résider dans l'immédiateté. Glisser dans des corps imaginaires.

N'avoir de sens que par rapport à son contraire.

Le sujet travaillé, retravaillé, manié, plié, dévissé, reconstitué, assemblé devient le lieu de toutes les résonances.

Le sujet vient se loger par effraction puis se diffracte sur la toile.


L'amour c'est une affaire de tropes, c'est un palimpseste de visages aimés.
Venez les soirs où j'écris, j'aurais des mots à vous dire.
Voici les Eves sur toiles et les Adams spectateurs.
Ah, ces cruelles déesses séductrices qui, comme Artémis, entraînent leurs amants dans une chasse éternelle pour rester malgré tout inaccessibles.
Elles jaillissent à travers une explosion de couleurs liquides. Toutes ses parties fonctionnelles ne donnent elles pas la cadence à toutes nos concupiscences, un rythme à tous nos appétits?

Je sens toujours cette atmosphère oppressante suspendue au dessus du paysage de mon âme, de mon corps paysage; une césure entre le monde réel et mon monde à moi. Je devrais faire monter la vapeur colorée de mes sentiments jusqu'à ce que mon monde imaginaire masque mes yeux. Voir à travers le "couchez de soleil" les vapeurs chaudes de ses rayons s'allonger sur un corps paysage et s'endormir.
Qui marche sur sa douleur marche vers la hauteur. Goethe.
 
Elle se livre comme elle n'avait jamais osé le faire. Freud avait oublié celle qui perché sur ses hauts talons fait se perpétuer la race. Cette féline au grand cœur veut saisir une nouvelle chance d'être amoureuse, ne plus vivre de la nostalgie du bonheur du paradis, mais agrandir les choses de la vie jusqu'au mythe. Prenez place et racontez-moi; racontez-moi le reflet de votre sensation profonde, de votre sensation vécue; pas de crainte car votre inconscient servira à tout, vous permettra tout et liquidera tout.


Celui qui offrira à la femme le rôle de mère, cette mère qui mettra au monde des enfants et qui sera toujours là pour cet amour maternel. Vous voyez ce n'est qu'instinct, il n'y a que l'instinct animal qui détermine le choix de la femme. Animale et protectrice.

L'air est rempli de droites qui quadrillent l'espace corps pour n'être plus qu'un mouvement sous un halo de lumière. L'on voit mieux en plein jour n'est ce pas.


La lèvre rouge de blessures exagère ta beauté, capte la lumière, prends le focus en défilant. Nous t'admirerons.


Souviens toi de la Genèse, inscrit toi dans le septième art, regarde toi prisonnier de la fournaise et vomie ce cauchemar. Le don de la femme n'est t'il pas magnifique?


Les règles sont déjà établies, il ne nous reste plus qu'à nous mouvoir de haut en bas, de bas en haut, de gauche à droite et de droite à gauche. Le monde n'est qu'un problème mathématique. Il est difficile d'obéir à notre propre volonté car nous sommes des possédés, des esclaves, libres de toutes pensées de tout mouvement dans notre paradis perdu.

"Voir c'est comprendre, juger, transformer, imaginer, oublier, s'oublier, être ou disparaître" Paul Eluard.
Il nous faudrait être comme certains animaux, ne pas voir en plein jour mais dans le clair obscur, dans la nuit du cœur.

Il ne faut jamais oublier qu'un tableau est toujours un reflet, un miroir, un miroir ensorcelé qui ne s'embuera jamais. Alors faudrait-il effacer le tain de ce miroir pour ne plus voir les différentes figures de sa personnalité, pour ne plus jeter le trouble sur sa propre personne.
Mais attention, si un jour j'acquiers de l'importance à mes yeux, c'est qu'alors je ne serais plus qu'une sorte de miroir. Les miroirs agrandissent les pièces, c'est bien connu, vous le savez, ils n'ajoutent que des perspectives aux perspectives déjà existantes, ils n'ont pas d'avenir, leur monde c'est le passé.

Le collectionneur de l'irréel doit effacer le sujet, tout quitter, s'éloigner puis ajointer pour glisser dans des corps imaginaires.

Le corps flottant se reconstitue; de la défigure il se reconfigure; il est suspendu au présent de l'imparfait du futur, il est l'amour des mots.


Le mouvement est donné par la relation écriture et dessin, l'écriture dessinée.


Pour lutter contre les rhizomes il faut être dans l'œuvre en premier lieu, puis dans la vie car se sont eux qui bouleverseront votre décor.


Ah! un pied de nez à toutes celles qui sans le savoir se mutilent pour n'être plus qu'objet de consommation. La femme comme un met délicat doit se laisser savourer du regard.


"La raison c'est l'intelligence en exercice. L'imagination c'est l'intelligence en érection." Victor Hugo.
Rien n'est immuable, tout peut se transformer. Le joueur joue avec la vie avec sa vie, la détenir entre ses doigts, la posséder dans sa main est une jouissance extrême, le hasard est sa compagne, ensemble ils bâtiront leur jeu, celui de demain.


Un titre n'exprime jamais complètement un objet, il peut être là pour vous donner une direction à suivre, il soumet le désir d'être exaucé ou de ne pas être réalisable; mais elle ne pouvait pas comprendre mon indifférence car la créature était en bois.


A contresens, à contre-courant, trop tôt, trop tard, pas assez devant, trop en arrière, à gauche quand c'est à droite, voilà la vraie liberté.

Le tableau je le découvre au fur et à mesure; je peins et écris en même temps, les mots et les images, la couleur et les phrases.

Je devrais trouver une forme picturale qui transformerait les toiles en écriture et les écrits en tableaux.

L'amour ici n'est qu'un palimpseste de morceaux choisis de parties aimées. Il a fallu effacer la première écriture pour écrire une nouvelle histoire, et l'amour devient ce collectionneur de l'irréel; mais pour cela le "je" biographique et le "elle" épique ont dû tout quitter, tout effacer, s'éloigner du sujet puis s'ajointer dans des corps imaginaires.

Les lèvres rouge sang sont l'écriture, danger du panneau de signalisation.
Danger : l'animal de proie chasse.

Il te faut affirmer et confirmer l'indépendance de ton germe, et nier l'hérédité de tous les caractères acquis pour conquérir de nouveaux mondes.


La beauté se regarde, vivre à ses côtés c'est la noyer.
Protégeons le bonheur printanier.
Glissons sur la brise qui vient d'on ne sait où.


Le face à face divergeant. Nous nous efforçons de résumer notre vie en quelques couleurs, en quelques traits alors qu'un rire, qu'une larme, qu'un détournement de tête suffiraient.

Installez vous confortablement sur les lèvres rouges de désir, que le goût des couleurs monte en votre bouche, chute des rêves, chute des reins, seins doubles, lait d'azur, balancez vos orteils...
Attention, femme sacrée, tu nous fait perdre la tête


"On tient la femme pour profonde Pourquoi?
parce que chez elle on n'arrive jamais au fond.
La femme n'est même pas plate."
Nietzche.

_


Être peintre et écrivain est avant tout un travail de flibustier et de pirate tout est dans l'abordage, la stratégie, la stratégie du moment car tous les navires ne sont pas sur les même mers au même instant; abordage des mots, du souffle, d'une respiration, d'une intonation, abordage du vocabulaire, de l'image pour combler le vide.


Si tu as besoin pour ton plaisir pour t'amuser de la permission des autres, alors tu n'es qu'un pauvre type.

Le sujet vient se loger par effraction puis se diffracte, retour au noyau au centre du coeur du volcan. Le sujet travaillé devenu lieu de résonance. S'alimenter d'un désir de fusion.


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^